Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 mars 2006

Pardon, Madame, pour un soir ...

Pour les amateurs de textes rares et curieux, j'ai retrouvé ce texte du chansonnier Jean Rieux qui date probablement des années 1920. Bonne lecture.

Le Boxeur Georges Carpentier s’en fut à New-York livrer le « combat de sa vie » contre l'américain Dempsey. Des fusées dans le ciel de Paris annoncèrent sa victoire ...
Quelques jours après Mme Curie revint d’Amérique, rapportant un peu de radium. Son retour passa totalement inaperçu.

Pardon, Madame, pour un soir ...

-         Pardon, Madame, pour un soir
Où notre ciel est resté noir ! –

Mais nos provisions de fusées
Hélas! Se trouvaient épuisées ...
Oui, pardon pour le soir vide et mélancolique
Où vous nous reveniez, si grande, d’Amérique !
C’est que la veille un peuple entier
avait frémi pour Carpentier
C’était fatal ... Vous, vous étiez
Évidemment la bienfaitrice.
Mais les drapeaux étaient pliés
Et tiré le feu d’artifice ...

-         Pardon, Madame, pour un soir

Où notre ciel est resté noir ! –

 

... Or, voyez-vous, ce Carpentier

Que nous avions chéri la veille,

C’est une sorte de merveille

Et – nul ne songe à le nier –

C’est un athlète, ma parole,

Auprès duquel le Discobole

Et le coureur de marathon

Apparaissent des avortons.

En smoking tout comme en cal’çon

C’est un brave et loyal garçon,

À la fois ardent et frivole,

Qui, pour fair’ cuire des marrons,

Fabriqu’ lui-même ses cass’roles ...

 

-         Pardon, Madame, pour un soir

Où notre ciel est resté noir ! –

... Mais, n’est-ce pas, ce Carpentier,

vous-même si vous le voyiez

« Notre Georges ! ... » rien qu’un’ minute,

vous diriez : «  Ah ! la belle brute ! »

Et c’est quelque chose, cela

Évidemment ...Alors, voilà,

Madame, vous, vous n’apportiez

Au creux de vos deux mains unies,

qu’une étincelle de génie,

Une pauvre étincell’, tout’ petite, tout’, seule ...

Et lui nous rapportait des coups d’poing sur la gueule ...

Et ces gnons, si loin récoltés,

ces morniffs et ces ecchymoses,

Pour nous, Français, ça sont des choses

À quoi depuis l’antiquité

Nous ne savons pas résister.

-       Pardon, Madame, pour un soir
Où notre ciel est resté noir ! –

Hélas ! du géni’ c’est le lot ...
Bienfaitric’ ... ça n’est pas un titre,
Pourquoi n’étiez-vous pas Charlot,
Douglas ...ou bien quelque autre pitre ?
Et puis enfin, votre ... machin
Votre radium ... ces noms latins
ça n’inspire pas confiance.
On aime les mots clairs, en France :
Swing, uppercut, bluff et knock-out,
C’est limpide, au moins, ça dit tout !

-       Pardon, Madame, pour un soir
Où notre ciel est resté noir ! –

Pardon pour la gare déserte

Où nulle fleur ne fut offerte;

Pardon pour les trois journalistes

Qui poirautaient vagues et tristes;

Pardon pour tous les députés

Et tous les ministres restés

Auprès de belles sociétaires

Qu’ils désiraient à part entière.

Pardon pour le chef de l’État,

qui précisément ce soir-là

devait présider un gala

en l’honneur du Guatemala.

Pardon surtout ... oh ! grand pardon,

Pour les environ deux millions

D’enthousiastes citoyens

Qui ne fir’nt sur votre passage

La haie, ainsi qu’il est d’usage

Pour les cabots et les souvr’ains.

Pardon pour tout un peuple entier

Que l’on n’avait pas renseigné ...

-         Un temps viendra, madame, où la pure étincelle

Que vous nous apportiez entre vos mains fidèles,

Sera le brasier merveilleux :

Force pour la jeunesse et santé pour les vieux;

Soulag’ra, guérira, fera même survivre !

(savants et bienfaiteurs par milliers vont vous suivre)

Chaque jour des milliers d’existenc’s s’ront sauvées ...

C’est pourquoi tous les soirs on verra des fusées

Pour tous les malades guéris,

Monter dans le ciel de Paris,

Du Sacré-Cœur à Notre-Dame ...

Des milliers de fusées, hautes, droites et blanches ...

 

-         Et ce sera votre revanche,

Madame ...

19:10 Publié dans Parmi mes auteurs préférés | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : auteur, chansonnier, marie curie, texte | |  Facebook | |  Imprimer