Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 février 2012

Écoute, rêve et peins

© Jacques Deslandes - texte déposé à la sacem
 poème,auteur

Je n’avais jamais su dessiner quatre pattes à un cheval
Ni même à un âne
Même si je savais qu’il y en a beaucoup comme moi
Qui marchent très bien sur leurs deux pieds
C’est pour cela que je voulais être riche, très riche,
Plus riche que tous les riches.
Je parle de tout l’argent qu’on peut imaginer :
Tout l’argent de la terre dans une immense soupière.

 « Écoute, rêve et peins ... Écoute, rêve et peins ... »
 

Alors, avec tout cet argent, avec tout l’argent du monde
Je créerais un musée immense
La terre serait à peine assez grande pour loger mon musée.
Aussitôt, j’y inviterais tous les enfants de la terre
Des blancs, des bleus, des rouges, des verts, des jaunes,
Des marrons, des chocolats, des noirs
Bref, toutes les couleurs qui servent aux peintres
Ou qu’ils inventent pour peindre mieux.
D’ailleurs, ils seraient là les peintres, tous les peintres
Cachés derrière leurs tableaux.
Pendant ce temps, moi, avec tout mon argent,
J’achèterais tous les orchestres, les musiciens,
Et aussi tous les chanteurs de la terre.
Ils habiteraient dans mon musée et pour tous les enfants
Ils joueraient leur musique et les enfants taperaient des mains
Tsouin, tsouin, vive la musique et vive les musiciens.
Il y aurait aussi tous les poètes, tous les écrivains,
Ils inventeraient des mots sur les musiques
Et les enfants les chanteraient.
Des mots comme « Vive la vie, elle est fille de la terre.
Vive la terre, elle est mère de la vie ... »,
Et tous les enfants chanteraient à perdre haleine.
Et moi dans moi coin je chanterais avec eux
Tout bas pour ne pas les déranger, je chanterais ce refrain :

 « Écoute, chante et peins ... Écoute, chante et peins ... »
 

Les musiciens seraient venus avec ceux qui dessinent leur musique dans le ciel.
Les danseurs, tous les danseurs de la terre.
Ils seraient là devant les orchestres, ils s’élanceraient dans l’air,
Ils tournoieraient dans l’espace, légers mais forts.
Ils prendraient les enfants par la main, tous les enfants de la terre
Et ils leur apprendraient leurs arabesques, leurs virevoltes, leurs pirouettes.
Et ils dessineraient la vie née de toutes les musiques
Simplement avec leurs corps, mais si fort, si fort.
Et les enfants danseraient, danseraient, et moi dans mon coin
Je me lèverais et j’irais danser avec eux. Et on rirait, on rirait,
On tournerait en rond tout autour de la terre comme des fous.
Des fous heureux, des fous joyeux, comme autrefois quand j’étais enfant,
Et que mes sœurs et moi on dansait en riant tout autour de ma mère
Jusqu’à ce que la tête lui tourne et qu’elle nous tourne aussi
Alors on tombait  sur notre cul. Un cul c’est deux fesses, ça amortit,
Si bien qu’on ne se faisait jamais mal.
Il y avait toujours une des filles qui avait fait pipi dans sa culotte,
Alors on riait de plus belle. Et notre mère riait  aussi
Et plus on riait, plus la sœur continuait à faire pipi.
Après, quand tout le monde était calmé, on nettoyait la piste de danse,
C'est-à-dire en fait le carrelage de la cuisine.
C’est cela d’abord la danse, cela consiste à être fous,
Fous d’espace, fous de musique. Et les danseurs chanteraient en chœur
« Dessine ton corps à l’image de ta vie, dessine ton corps au rythme de ta vie ... »

« Écoute, danse et peins ... Écoute, danse et peins ... »
 

Au petit matin, après avoir un peu dormi, nous visiterions tous les « ie »,
Les spécialistes de biologie, de chimie, tous ceux qui expliquent la vie.
On dit que ce sont des savants et ils seraient là avec nous.
On appellerait aussi les « iques », mathématiques, physique,
Et tous les autres « iques » aussi. Et puis également tous les « ismes »
Mais là il faudrait faire le tri : il y a des bons et des mauvais « ismes ».
Ceux-là on les mettrait de côté, on les isolerait
Pour qu’ils ne puissent pas faire de mal à nos vies.
Les enfants de toute la terre raconteraient leur propre histoire  aux savants.
Pour une question de langue, ils dessineraient leur enfance
Ils leur dessineraient comment ils ont grandi.
Ils dessineraient aux savants leurs parents, leur logis,
Le plus souvent leur taudis. Et les savants assoiffés de comprendre
Écouteraient les enfants religieusement. Ils se tairaient longtemps.
Longuement ils parleraient entre eux : « Comment faire pour les aider diraient certains ...
Il suffirait de leur montrer qu’on les aime diraient d’autres ... ». 
Il suffirait qu’on les aime.
Après avoir fait la pause, pour que les enfants se reposent un peu,
Tous les savants du monde entier viendraient nous expliquer la vie :
Qui nous sommes, pourquoi, comment. Ils nous raconteraient la terre
Avant et après l’heure du petit déjeuner.
Ils nous dessineraient la terre vue du ciel et vue de nous.
Ils nous raconteraient notre mère, notre terre, si belle en tout.
Et je sais bien ce qu’elle dirait aux enfants,
Aux enfants à demi endormis :

« Écoute, pense et peins ... Écoute, pense et peins ... »
 

On aurait disposé tout autour de l’immense musée de la terre
De gigantesques toiles blanches, et aussi des crayons, des pinceaux,
Des peintures, bref tout ce qu’il faut pour dessiner le monde entier.
Aussi après avoir bien chanté les enfants se lèveraient et iraient dessiner
Des animaux, des plantes et aussi des rochers qui fabriquent les montagnes.
Ils peindraient des chevaux avec quatre pattes, des poules à deux pieds,
Et puis aussi plein d’animaux bizarres que je ne connais pas.
Aussi des oiseaux, beaucoup d’oiseaux, partout des oiseaux.
Près des oiseaux, il y aurait de l’eau, beaucoup d’eau, des mers, des océans,
De la neige, de la pluie qui fabriquent des torrents.
Un groupe d’enfants de toutes les couleurs viendrait me prendre par la main
Et me dirait « Viens, toi aussi tu vas dessiner, tu vas peindre ... »
« Mais je ne sais pas dessiner quatre pattes à un cheval ... ». « Ce n’est pas grave,
Dessine d’abord les pattes et après tu poseras sur les pattes l’animal que tu veux,
Un cheval, un chien, un chat et même une girafe ou un rhinocéros.
Et aussi, plein d’animaux incroyables qui peut-être un jour existeront ».
Alors, je me lèverais et je dessinerais des pattes, des milliers de pattes partout
Et les enfants poseraient sur mes pattes toutes sortes d’animaux très beaux.
Les peintres, si sérieux, si concentrés face aux dessins des enfants
Ne pourraient s’empêcher de rire en regardant les miens.
J’aurais honte et dirais aux enfants : « Vous voyez bien que je ne sais pas dessiner ... »
« Mais si, mais si, répondraient les enfants, ils sont heureux c’est tout.
C’est bien de ne pas savoir, ça oblige à apprendre et c’est beau ... »
Alors, je continuerais à dessiner pendant que les enfants chanteraient : 

« Écoute, rêve et peins ... Écoute, rêve et peins ... »

 

Aujourd’hui, je sais dessiner quatre pattes à un cheval,
Je dessine les pattes et le cheval vient doucement s’asseoir dessus.
On se regarde, je hennis et lui rigole, en fait on est heureux.
Je lui apprends à dessiner un homme
Mais lui non plus n’est pas très doué.
Pourtant j’ai confiance en lui, ça viendra ...
Tu vois comme ils sont beaux les rêves qui habitent mes insomnies
Tu vois comme ils sont vrais aussi. Alors

« Écoute, chante, danse, pense, rêve et peins ... »

 

« Écoute, chante, danse, pense, rêve et peins ... »

18:21 Publié dans Les Mots que je te dis ... | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poème, auteur | |  Facebook | |  Imprimer

Écrire un commentaire